Vieux Château, jeunesse éternelle

A l’Aspala, qui dit dit Pentecôte dit Vieux Château, qui dit Vieux Château dit Pentecôte. C’est comme ça. Une tradition immuable, vieille de 300 ans racontent les anciens du club, le soir au coin du feu, une étincelle dans les yeux.

Pour les nouveaux, ce pèlerinage annuel est presque un passage obligé pour être intronisé dans la grande confrérie du bretzel, une forme de bizutage un peu mystique en pays bourguignon.Et c’est vrai que cette édition 2018 a été à la hauteur de sa réputation : une quarantaine d’Aspalien.ne.s assoiffée de grimpe est partie pendant 3 jours à l’assaut de la falaise granitique de Vieux Château. Et quand on connaît notre discrétion légendaire, on imagine aisément la tête des autres grimpeurs venus se ressourcer dans ce petit coin de nature en nous voyant arriver avec notre douzaine de cordes et nos 120 dégaines… Ce havre de paix bucolique s’est vite transformé en camp de base bruyant. Tels des fourmis, nous avons méthodiquement ratissé la plupart des voies du secteur, de « l’Autoroute du sud » à la « Titi » jusqu’aux voies du fond en bord de rivière. D’ailleurs pour Philippe et Lucas, l’occasion était trop belle pour ne pas se baigner dans le Serein (on ne parle pas de Thierry bien sûr).

Mais la réputation sulfureuse de la sortie de Vieux Château est d’abord liée à ses soirées endiablées sur l’aire de camping de Montberthault : en voyant les tentes pousser comme des champignons dans l’herbe grasse des bords de Serein, on comprend que le club a ses habitudes ici. Et en moins de temps qu’il ne faut pour dire « relais vaché », le barbecue est lancé, les salades sont prêtes, le couvert est mis… et la bière coule à flots. Ici, le mot « sec ! » n’a pas la même signification qu’en escalade, et à chaque fois qu’on le prononce, des collègues bien intentionnés accourent pour remplir ton gobelet de breuvages magiques…
 
 
 
C’est aussi une sortie familiale, où les enfants gambadent au milieu des tentes, où les grands s’essayent à la slackline et au jeu de palet. Tout le monde a conscience qu’il faut beaucoup se dépenser pour justifier l’orgie de viande grillée qui va suivre. Des montagnes de côtes de porc sont englouties par nos bouches affamées, une pluie de chipolatas s’abat sur les deux grandes tables dressées sous le préau, et sont avalées par dizaine par les plus voraces. Certaines scènes trop violentes sont ici coupées pour épargner les âmes sensibles.
 
 
 
Dans la nuit sombre et fraîche, c’est l’heure où les grimpeurs enfilent leur doudoune, leur polaire, voire même leur couette pour certaines. C’est aussi l’heure où certains hommes se transforment en créatures hybrides, mi-bûcheron mi-cheval de trait, capables de raser un demi-hectare de végétation pour chauffer le corps et le coeur des noctambules.L’Aspalien.ne a de la ressource, et après une nuit réparatrice (c’est-à-dire humide dans un duvet trop fin à greloter jusqu’au matin), il garde le rythme pour une nouvelle journée de grimpe et de bonne humeur.
 
 
 
La dernière soirée à Vieux Château fera partie des grands crus comme seule la Bourgogne peut en produire : une flambée à faire pâlir nos anciens moniteurs de colonies de vacances, et un blind test endiablé où l’on découvrira qu’Urara se souvient parfaitement de Des’ree, Sophie & Fanny sont fan de Lauryn Hill, Magali N. maîtrise la Mano Negra sur le bout des doigts, et Emmanuelle a écouté Céline Dion en boucle pendant son adolescence.Pendant ce temps-là, Thierry, Lucas et Damien (leur nouvelle recrue inarrêtable), transformés en bêtes de somme, continuent de déboiser la forêt de Montberthault pour nourrir les flammes toujours plus hautes de notre brasier. Mais comment font-ils pour tenir ce rythme infernal me direz-vous ???! Grâce à une mixture secrète, savant mélange de merguez et de Ricard, que les Aspaliens se transmettent de génération en génération… Mais attention, les effets secondaires sont terribles : il arrive souvent qu’on se mette à chanter des comptines pour enfants et des joyeux anniversaire jusque tard dans la nuit, près des tentes…
 

 
Heureusement, tout est rentré dans l’ordre le lendemain, et la menace d’un orage a douché les espoirs des derniers courageux partis s’aventurer dans les ultimes voies du week-end. Tout le monde est rentré (sain) et sauf, ce qui constitue, en soi, une excellente nouvelle !Bravo à tou.te.s !
 
  
Partager l'article :

Vous pourriez aussi aimer