Matériel de base à vous procurer :

  • Chaussons d’escalade : indispensables pour grimper, leur rôle est de transmettre la puissance dans le bout des pieds. Il est recommandé pour débuter l'escalade de choisir un chausson souple et confortable. Il est important de ne pas avoir votre pied qui flotte dans les chaussons. Mais pas la peine de le prendre trop petit non plus car les pieds qui font du sport ont tendance à gonfler. À noter que toutes les marques de chaussons d'escalade ne chaussent pas de la même façon. Pour certaines, il faudra prendre votre pointure de ville et pour quelques pointures en dessous de cette dernière. A partir de 30€ pour une paire de chaussons d'initiation.

  • Baudrier : doté de deux boucles (ou pontets) sur le devant permettant de passer le nœud d'encordement. A noter que certains baudriers d'initiation ne contiennent qu'une seule boucle. Le baudrier est également équipé d'anneaux (les porte-matériels) qui permettent d'accrocher des dégaines, mousquetons, sangles...A partir de 40€ pour un baudrier adulte.

  • Descendeur-assureur (tube/plaquette ou reverso)  : élément clé de l'équipement, il se fixe sur le baudrier au moyen d’un mousqueton à vis (la vis vient sécuriser la fermeture du mousqueton et empêche à celui-ci de s’ouvrir inopinément). Le descendeur, dans lequel passe la corde, permet à l’assureur de contrôler la corde en provenance du grimpeur, de bloquer celle-ci au besoin et de faire redescendre le grimpeur une fois la voie terminée...A partir de 15€

Il existe aussi certains automatiques et autobloquants permettant d’assurer un grimpeur, comme la plaquette, le puits, le GRIGRI ou encore le CLICK UP. Il reste toutefois indispensable de savoir utiliser un descendeur traditionnel avant d’envisager utiliser un outil automatique qui demande une bonne maîtrise pour assurer en toute sécurité. C'est pourquoi nous n'acceptons pas l'utilisation de ce type de descendeurs au sein du club.

 L'utilisation de Grigri n'est pas autorisée pour les débutants.

  • Mousqueton à vis : Permet de relier le système d'assurage au harnais ou de sécuriser le grimpeur lors des manœuvres de cordes. Il existe différents modèles de mousquetons à vis se distinguant par leur taille, forme variant selon leur fonction (escalade, alpinisme, via ferrata...)... A partir de 5€

  Pas de mousqueton auto-bloquant pour une utilisation avec le système d'assurage.

Matériel complémentaire pour les sorties :

  • Casque : Obligatoire pour l'escalade en extérieur (falaise, montagne...), son rôle premier est de protéger la tête en cas de chute de pierre. 

  • Dégaines: Elles sont utilisées pour relier la corde aux points d'ancrage sur le rocher ou le mur artificiel. Indispensables pour grimper en tête en extérieur, il est important de vérifier le nombre de dégaines nécessaire avant de partir dans une voie (variable selon la longueur de la voie, son équipement...).

  • Longe: Couramment appelée « vaches ». Pour des voies d'une seule longueur en falaise, une longe simple suffit pour s'assurer au relais. En grande voie (plusieurs longueurs), une longe double est nécessaire pour les descentes en rappel.

Matériel mis à disposition par le club :

  • Cordes: Element principal, on en trouve deux catégories en escalade : les cordes dynamiques et les cordes statiques. Les cordes dynamiques sont élastiques et sont généralement utilisées comme systèmes d'assurage car l'élasticité réduit la force maximale subie par le grimpeur et l'équipement en cas de chute. Les cordes statiques ne sont pas élastiques et sont généralement utilisées pour transporter ou attacher l'équipement. Elles sont aussi utilisées pour le rappel puisqu'elles réduisent les oscillations et facilitent la descente. Il existe de nombreux modèles de cordes en fonction des besoins et des caractéristiques recherchés
  • Autres matériels collectifs: Cordelettes, sangles, sac à corde...

 

Règles élémentaires de sécurité en escalade

Nota bene :
Ces informations ont pour objet de rappeler aux adhérents de l’ASPALA les principales règles de sécurité à respecter lors des séances d’entraînement ou à l’occasion de sorties à l’extérieur. Il se base en grande partie sur les préconisations de la Fédération Française de la Montagne et de l’Escalade (www.ffme.fr). Il ne se substitue en aucun cas à la formation pratique que tout grimpeur doit acquérir auprès d’un cadre expérimenté. L'ASPALA ne peut donc être tenue pour responsable en cas de mauvaise application de ces recommandations.

 

S'équiper pour assurer ou grimper

Le baudrier

  • Choisir un baudrier à la BONNE TAILLE
  • Passer le baudrier SANS VRILLE et placer la ceinture « haut » sur la taille (crêtes iliaques).
  • VERROUILLER le baudrier (boucles autobloquantes ou boucles à 3 passages de sangle).
  • Attention : certains baudriers possède une boucle et d’autres 3 boucles !

S’encorder avec un nœud en 8

De nombreux accidents, aux conséquences dramatiques, surviennent sur des nœuds d’encordement mal réalisés, ou plutôt mal finis, y compris chez des grimpeurs experts. D’où l’importance de contrôles réciproques avant le départ dans une voie. Un nœud d’encordement doit être résistant, facile à faire et facile à vérifier. C’est pourquoi la FFME recommande l’utilisation du nœud en 8 pour s’encorder.

Rappel sur le nœud en 8 :

 

Et comment le nœud doit se placer par rapport au baudrier : 

NE JAMAIS S’ENCORDER SUR UN MOUSQUETON POUR GRIMPER , mais :

  • passer le brin dans les deux points d’attache (passants) du baudrier pour les modèles individuels
  • Vérifier que le nœud est tressé complètement
  • Vérifier que le nœud est sécurisé par un nœud d'arrêt ( ½ nœud de pêcheur collé au nœud en 8)
  • Vérifier que le nœud serre bien les passants du baudrier
  • Le nœud doit être réalisé sans interruption et loin de toute source de distraction (« Quand je commence mon nœud, je le termine sans m’arrêter »)
  • Il doit être contrôlé par le grimpeur et son partenaire.

 

Le frein d’assurage et le mousqueton de sécurité

Le frein d'assurage

Le système d’assurage permet de freiner la corde de son partenaire lorsqu’il grimpe en second ou en tête.

Vous pouvez consulter la fiche technique de la FFME ici.

Il existe différents modèles mais les critères de choix doivent cependant rester les suivants :

  • efficacité du freinage
  • facilité pour donner du mou
  • blocage du nœud en bout de corde

Pour ces raisons, mais aussi pour la simplicité d’utilisation et pour réduire les possibilités d’erreur, l’utilisation d’un frein d’assurage de type « seau » ou Reverso doit être préférée à celle d'un 8.

      Exemples de freins d'assurage

 

Règles internes à l'ASPALA :

  • L’utilisation du système dit « 8 » est proscrite pour l’assurage en moulinette et en tête.
  • L’utilisation du GriGri (système autobloquant) est tolérée mais seulement pour l’assurage en moulinette. Elle est proscrite pour l’assurage en tête sur la SAE.

Le mousqueton de sécurité

Utilisez un mousqueton de sécurité à vis pour relier le frein d’assurage au pontet

Vous pouvez consulter la fiche technique de la FFME ici.

      Exemples de mousquetons à vis

 

 

Règles internes à l'ASPALA :

  • l’utilisation de mousquetons avec système d’ouverture/fermeture automatique est proscrite sur la SAE de l’ASPALA
  • Dans la notice du fabricant vérifiez que le frein est adapté au diamètre de votre corde et comment placer la corde dans le frein
  • N’oubliez pas de fermer la vis pour verrouiller le doigt du mousqueton
  • Le mousqueton doit être fermé, placé sur l’anneau du pontet et utilisé dans l’axe et non pas en travers !
  • N’oubliez pas de réaliser le nœud en bout de corde

 

Assurer son partenaire

L’assurage en 5 temps (moulinette à la montée)

C’est la technique qu’on utilise en moulinette pour assurer un partenaire à la montée (cf fiche technique ici)

  • Le frein d’assurage est fixé sur le pontet à l’aide d’un mousqueton de sécurité à vis (vis fermé)
  • L’assureur recherche une position stable
  • Il se tient près de la paroi mais décalé de l’axe de la voie
  • Il garde la corde tendue afin de « sentir » le grimpeur mais sans le tracter
  • Il garde toujours une main sous le frein d’assurage : A AUCUN MOMENT IL NE LACHE LE BRIN DU DESSOUS !!
  • L’assureur reste toujours vigilant

L’assurage en 3 temps (moulinette à la descente)

C’est la technique qu’on utilise en moulinette pour assurer un partenaire à la descente (cf fiche technique ici)

Une fois que le grimpeur à atteint le sommet de la voie, l'assureur tend la corde au maximum, place ses deux mains sur la corde inférieure, sous le système d'assurage et attend que le grimpeur se place en position de rappel (assis dans le baudrier les 2 pieds contre la paroi).

  • L’assureur recherche une position stable et reste toujours vigilant
  • Il se tient près de la paroi mais décalé de l’axe de la voie
  • Il garde toujours une main sous le frein d’assurage : A AUCUN MOMENT IL NE LÂCHE LE BRIN DU DESSOUS !!
  • L’assureur reste toujours vigilant

L’assurage du leader (assurage en tête)

C’est la technique qu’on utilise pour assurer un partenaire grimpant en tête (cf fiche technique ici)

  • L’assureur pare le grimpeur avant le 1er point (il doit préparer suffisamment de corde entre le grimpeur et le frein pour ne pas être obligé d'interrompre la parade pour donner du mou)
  • L’assureur maintient une légère flèche à la corde entre le frein et le 1er point mousquetonné
  • L’assureur recherche une position stable, prés de la voie, mais légèrement décalé de l'axe (après le 3ème point il peut se reculer pour mieux suivre des yeux le grimpeur)
  • L’assureur anticipe les besoins du grimpeur pour ne pas le gêner (lors des mousquetonnages, il peut faire un pas en avant pour donner du mou plus rapidement)
  • A aucun moment l’assureur ne lâche le brin du dessous : il garde toujours une main sous le frein d’assurage
  • L’assureur est toujours vigilant pour être prêt à retenir une chute à tout moment

 

La parade de sécurité

En bloc, elle permet d'empêcher le grimpeur de tomber à la renverse et/ou vise à amortir sa chute.

On l'utilise aussi pour réduire les conséquences d'une chute avant le 1er point d'une voie (voir la fiche technique FFME ici).

Comment empêcher le grimpeur de tomber à la renverse en le rééquilibrant ?


Se placer à l'endroit difficile ou suivre la progression du grimpeur
Être bien stable


Maintenir les mains proches du grimpeur


Le saisir au-dessus de la taille


Le rééquilibrer et amortir sa chute sans chercher à le bloquer…

 

Grimper en tête : savoir mousquetonner

Lorsque l'on grimpe en tête, on relie sa corde au point d'amarrage grâce à une dégaine pour limiter l'ampleur d'une chute éventuelle.

La fiche technique complète de la FFME dont est issu cet article est ici.

Différentes techniques de mousquetonnage : 


Avec le pouce, le reste de la main immobilisant le mousqueton


La corde entre l'index et le majeur


Avec le pouce, index et majeur immobilisant le haut du mousqueton

Important : avant de s’engager dans des voies difficiles, choisir et s'entraîner à maîtriser une technique.

Règles à respecter :

 
Placer le mousqueton droit sur l'amarrage

Placer le côté du mousqueton sans le doigt d'ouverture du côté où le cheminement de la voie vous conduit :

placez le brin qui va au baudrier vers l'extérieur :

placez le brin venant du baudrier, ne pas prendre le brin qui est passé dans la dégaine précédente :

Chercher une position pour mousquetonner plutôt avec l'amarrage sous les yeux qu'à bout de bras (risque de retour au sol en cas de chute en début de voie !) :

 

Check-liste avant de grimper

Pour réduire les conséquences de fautes d'inattention, il faut instituer un contrôle réciproque avant de débuter une voie en déroulant la check-liste des points clés de sécurité.

Communication entre grimpeur

Communiquer avec son partenaire est essentiel pour la sécurité...
Voici quelques expressions souvent utilisés entre grimpeurs :

 

Avant de démarrer la voie :

Grimpeur : « prêt ? »

Assureur : « oui ! »

Grimpeur : « je pars »

Assureur : « ok ! »

Au cours d’une montée en moulinette

Grimpeur : « sec ! »

Le grimpeur demande à l’assureur d'avaler et de tendre la corde

Grimpeur : « avale ! »

Le grimpeur demande à l’assureur d’avaler le mou de la corde

Grimpeur : « prends-moi sec ! »

Le grimpeur demande à l’assureur de bloquer la corde pour le prendre en charge 

Au cours d’une montée en tête

Grimpeur : « sec ! »

Le grimpeur demande à l’assureur d'avaler et de tendre la corde

Grimpeur : « du mou ! »

Quand l'assureur ne laisse pas assez de mou au grimpeur pour progresser

Grimpeur : « prends-moi sec ! »

Le grimpeur demande à l’assureur de bloquer la corde pour le prendre en charge 

A vous de jouer… et n’oubliez jamais : la sécurité de tous, c’est l’affaire de chacun !

 

Les fiches techniques

La fédération met régulièrement des fiches techniques en ligne ici : https://www.ffme.fr/fiches-ffme/page/techniques-escalade.html. La plupart ont été reprises ou proposées sous forme de liens dans la section Sécurité, mais n'hésitez pas à consulter cette rubrique, car de nouveaux documents peuvent être mis à disposition régulièrement.

Le retour d'expérience (REX)

Enfin, nous vous invitons également à consulter régulièrement la rubrique REX (retour d'expérience) de la FFME, qui a pour but d'améliorer la sécurité en détectant les défaillances, les faiblesses, les erreurs, les problèmes sur un lieu d'activité et en mettant en lumière les points positifs et les bonnes pratiques. Le REX a également pour but de recenser les comportements contraires à nos valeurs de manière à proposer des actions de préventions pertinentes.

Pour y accéder suivre le lien ci-dessous : https://www.ffme.fr/rex/page/rex-retour-d-experience.html