L’été en pente douce dans le sud Vercors

Plus tout à fait la Provence, pas tout à fait la montagne non plus, le sud Vercors possède son propre caractère, à la fois verdoyant et minéral, baigné de soleil en cette fin août.

A l’odeur de nos futures voisines les chèvres, nous parvenons à trouver notre gîte bien nommé « La Fromagerie ». C’est dans ce décors bucolique que notre fine équipe de l’Aspala plante son camp de base.

Autour de nous, du rocher, beaucoup de rochers : Saou, Omblèze, le Claps la Poupoune, les Trois becs…

La falaise de Saoû, dans la Drôme

Des falaises dans toutes les directions ! Au milieu de ce paradis de la grimpe, le plus dur aura été de choisir le secteur du jour, car la plupart de ces sites sont orientés au sud, et nous craignons de finir rôtis comme des figues sous les fortes chaleurs de cet été caniculaire.

Prudents pour notre premier jour de grimpe, nous optons donc pour la fraîcheur des gorges d’Omblèze, avec le secteur Jardiland et ses voies faciles, idéales pour se mettre en jambes, en bras, et en doigts !

Optimistes et confiants, nous prenons le lendemain matin la direction d’une falaise nettement plus ensoleillée… Pas besoin d’échauffement, tout le monde transpire déjà abondamment arrivé en bas des voies. Et l’équipement un peu espacé de ce secteur historique donne en plus quelques sueurs froides à certain.e.s.

On se prépare sérieusement à grimper !

A midi, fini de rigoler, le soleil cogne méchamment, le rocher est devenu brûlant, les pieds gonflent dans les chaussons trop serrés. Nous nous rabattons l’après-midi sur le secteur école de Saôu, plus ombragé, et première voie en tête en falaise pour Philippe !

Troisième jour, c’est au pied de la falaise du Claps que nous nous garons, avec en ligne de mire 2 grandes voies faciles sur une longue paroi lisse mais heureusement inclinée dans le bon sens. L’occasion pour certain.e.s comme Ophélie de se familiariser avec les voies de plusieurs longueurs et l’ambiance aérienne… Et pour ceux qui ont décidé de descendre en rappel, l’occasion de répéter les manip de corde au moins 6 ou 7 fois, tout au long d’une interminable descente… Aline et Philippe peuvent vous briefer, ils sont 100% opérationnels !

La grande voie en 4 du CLAPS

Pour fêter ces belles performances, Emma et Quentin nous préparent un dîner de gala, avec leur désormais mythique « rougail saucisse aux 2 piments » (au lieu d’un…) qui réchauffe bien les papilles, avant de nous achever avec leurs bananes flambées mais pas complètement… Bref, étant désormais dans l’impossibilité de grimper les deux jours suivant, nous varions les plaisirs, avec au programme du canyoning, de la via ferrata, et même de la spéléo ! Un copain de Charles et Aline nous fait découvrir la magnifique grotte de Bournillon : ambiance « seuls au monde » dans l’obscurité, au milieu des stalactites, stalagmites, et chauve-souris.

Devant la grotte de Bournillon

C’est déjà le dernier jour ! Nous retournons sur la falaise école de Saoû pour enchaîner encore quelques voies teigneuses, aux cotations « historiques », avant de finir par une après-midi slack-line puis apéro dans la fabrique de bières locales.

L’été s’achève, les vacances sont officiellement finies (sauf pour un petit veinard dont je tairai le nom), mais heureusement le beau mur de La Fontaine nous attend pour une nouvelle rentrée sportive et verticale !

Belle brochette d’aspaliens après le canyoning !
Partager l'article :