Renforcement physique à la maison. Exercices d’escalade

 

Vos coachs vous proposent ici 8 exercices de renforcement musculaire complet à réaliser à la maison.

Idéal pour se maintenir en forme en attendant la réouverture des salles d’escalade. Ce “circuit-training” comprends des pompes, de l’équilibre sur un pied, du gainage, des dips, des squats, des “mountain climber” et j’en passe. Chaque exercice est décliné en plusieurs degrés de difficulté selon votre niveau.

Bon entraînement à tous !

 

 

Juge de bloc, Quésaco ?

En décembre dernier, 3 Aspaliens ont suivi la formation juge de bloc et ont effectué leur premier stage lors de la compétition départementale à Block’Out en décembre. Ils viennent ainsi renforcer l’équipe de juges.

Qu’est-ce que la formation juge de bloc ?

C’est une formation sur 1 journée dispensée par un membre de la Fédération Française de Montagne et d’escalade (FFME). Elle doit être complétée par 2 expériences pratiques de la compétition (départementale et régionale à réaliser dans les 24 mois) et se concrétise ensuite par un diplôme.
La formation est accessible à partir de 14 ans et nécessite une connaissance de la compétition.
Nos 3 stagiaires ont bénéficié en plus d’une pré-formation par Charlotte et Christian eux-mêmes Aspaliens et Présidents de Jury. Une vraie chance !

Pourquoi faire cette formation ?

Cette formation permet de se professionnaliser et en apprendre davantage sur les règles qui nous serviront en tant que compétiteur et aussi accompagnant.
Elle donne l’occasion de s’investir bénévolement pour le club et accompagner les compétiteurs de tout âge qui sont de plus en plus nombreux à porter nos couleurs.
Également parce que chaque club doit fournir des juges pour chacune des compétitions auxquelles ses adhérents participeront afin de garantir le bon déroulement de l’épreuve et sous peine d’une pénalité financière.

Bonne nouvelle ! la formation juge de bloc est prise en charge par l’ASPALA.

Vous êtes convaincu(e) ? Génial ! Nous vous informerons de la prochaine formation mais n’hésitez pas à consulter régulièrement le calendrier des formations en cliquant ici

Utilisation des enrouleurs automatiques

Notre structure d’escalade est équipée de deux enrouleurs automatiques. Ces enrouleurs, principalement destinés à la pratique de l’escalade de vitesse, vous donnent aussi la possibilité de grimper seul en étant auto-assuré sur les quelques voies localisées sur le secteur de vitesse.

Bien que parfaitement sûrs lorsque correctement utilisés, les enrouleurs automatiques peuvent néanmoins être une source d’accident en SAE comme le montrent de nombreux exemples de mauvaise manipulation. Il convient donc de les employer en respectant scrupuleusement les consignes d’utilisation.

L’utilisation des enrouleurs est autorisée UNIQUEMENT EN PRESENCE D’UN PARTENAIRE AINSI QUE D’UN ENCADRANT QUALIFIÉ ET APRÈS AUTORISATION DE CE DERNIER OU DU RESPONSABLE DE SEANCE PRESENT. LE PARTENAIRE VÉRIFIE QUE LE GRIMPEUR SUIT CORRECTEMENT TOUTES LES ETAPES (Pendant l’ascension, le partenaire se place en dehors des tapis).

MISE EN PLACE (début de séance) :

  • Tirez sur la cordelette pour faire descendre la sangle de l’enrouleur (illustration 1),
  • Accrochez la sangle au sommet du triangle de sécurité à l’aide d’un des deux mousquetons de sécurité, sans enlever la cordelette (illustration 2)

UTILISATION :

  • Accrochez les 2 mousquetons automatiques au pontet du baudrier (illustration 3),
  • Vérifiez que les 2 mousquetons sont bien verrouillés,
  • Retirez la cordelette – cordelette + petit mousqueton (illustration 4),
  • Pour une 1ère utilisation, faites un arrêt à mi-hauteur et réalisez un test de prise en charge,
  • Au fur et à mesure de la montée, assurez-vous que la sangle se rétracte correctement,

APRÈS RETOUR AU SOL :

  • Accrochez le mousqueton de la cordelette à l’extrémité de la sangle, puis retirez les deux mousquetons du baudrier (illustration 3)
  • Raccrochez la sangle au sommet du triangle de sécurité, à l’aide d’un des deux mousquetons de sécurité (illustration 2)

RANGEMENT (Fin de séance) :

  • Vérifiez que la cordelette est attachée à l’extrémité de la sangle,
  • Décrochez la sangle du triangle de sécurité,
  • Faites remonter LENTEMENT la sangle en la retenant avec la cordelette (illustration 1)

EN CAS D’ANOMALIE, CESSEZ IMMEDIATEMENT L’ACTIVITÉ

POIDS MINI = 11.5 KG / MAXI = 140 KG

PRINCIPALES SOURCES D’ACCIDENT, UTILISATIONS A PROSCRIRE

  • Départ sans avoir mousquetonné la sangle de l’enrouleur au baudrier : le triangle de sécurité est en position « orange » (illustration 6),
  • Sangle attachée au porte-matériel (illustration 7),
  • Un seul des deux mousquetons d’amarrage est attaché au pontet du baudrier (illustration 8),
  • Sangle attachée au mur entre deux escalades (illustration 5), et pas rattachée au baudrier lors du départ suivant,

Cordelette attachée en lieu et place de la sangle (illustration 9)

 

Assurage en salle : les erreurs à ne (surtout) pas commettre

En salle artificielle d’escalade (SAE)

A ce jour, la plupart des accidents recensés dans les SAE sont dus à des erreurs d’assurage. Bien que monotone, l’assureur a donc un rôle essentiel pour son partenaire. Une vigilance accrue est donc importante sur ce sujet mais aussi un vigilance de tous ! N’hésitez pas à faire un petit commentaire gentil (évidemment !) à votre voisin si vous voyez quelque chose.

En pratique sur corde, nous vous proposons cette vidéo du pire assureur afin de vous entraîner à repérer les erreurs 😉

A noter que utilisation de la SAE devrait être «supervisée» par une personne compétente, et que chaque grimpeur doit disposer de son propre matériel. Aucun pratiquant ne doit évoluer en SAE avec les mains à plus de 3 m au-dessus du sol sans être encordé. 

En bloc

Contrairement à la SAE, l’escalade de type bloc se pratique sur des murs bas (4,5 m maximum au-dessus des tapis) et ne nécessite pas l’usage de corde. Les grimpeurs doivent s’assurer que l’espace dans lequel ils peuvent chuter reste libre. Il est préférable d’avoir quelqu’un pour parer la chute et s’assurer que le grimpeur retombe sur ses jambes.

Le haut de la structure représente la hauteur maximum à laquelle un grimpeur peut évoluer. Le grimpeur peut saisir le haut de la structure de manière à bien contrôler sa chute mais ne doit en aucun cas évoluer plus haut que le sommet du mur type bloc.

Vous trouverez ci-dessous quelques conseils d’assurage en bloc, délivrés par la FFME :