Récit : Sortie « initiation alpinisme » – Massif du Mont-Blanc – 19-21 Juin 2020

 

Peut-on rêver mieux que débuter le dé-confinement par une sortie alpinisme dans le massif du Mont-Blanc ? Cette belle expérience c’est celle qu’a vécu un groupe d’apprentis alpinistes de l’ASPALA du 19 au 21 juin dernier…

Cette sortie, encadrée par Thierry Serin (initiateur alpinisme de la FFME), avec l’aide de Benoit Ledoux (pratiquant expérimenté), réunissait Vincent, Seb, Romain et Lucas avec pour objectif de découvrir ou perfectionner les bases de l’alpinisme en milieu glaciaire et mixte (neige/rocher).

D’emblée, il faut préciser que cette sortie a été rendue possible grâce au financement accordé par la Fédération Française de la Montagne et de l’Escalade (FFME) dans le cadre d’un appel à projet pour le développement de la « multiactivités » auquel l’ASPALA avait répondu en 2019. Cette aide de la FFME permettra également aux Aspaliens de découvrir plein d’autres belles activités fédérales en 2020 et 2021 (canyonisme, escalade en terrain d’aventure, ski de randonnée, etc.)… mais c’est une autre histoire. 

Revenons donc à notre groupe d’alpinistes Aspaliens et à leurs aventures…

Le 18 juin au soir, nous arrivons au Tour, charmant petit village situé après Chamonix sur la route allant vers la Suisse et nous investissons le gîte convivial et cossu du Club Alpin Français. D’emblée, on ne barguigne pas avec la Covid ici : masque obligatoire dans les circulations, gel hydro-alcoolique en libre-service… Un bon dortoir nous attend où l’on peut préparer la course du lendemain et faire les sacs. Levé prévu à 6h00… le ton est donné pour le week-end…

Après un petit déjeuner roboratif au gîte, nous prenons la route pour l’Italie via le tunnel du Mont-Blanc. L’objectif du jour c’est la traversée du Petit Flambeau, une arête mixte située sur le glacier du Géant au milieu des sommets mythiques du massif du Mont-Blanc. C’est une course de niveau F (facile) mais elle est corsée ce matin-là par une météo plutôt capricieuse et une neige encore bien présente sur l’arête. Pour résumer : on n’y voit pas grand-chose. Il va quand même falloir rejoindre l’attaque de l’arête en traversant une zone crevassée.

Nous formons trois cordées de deux : Vincent et moi en tête, Seb et Lucas au milieu, Benoit fermera la marche avec Romain. Dans le respect des recommandations Covid de la FFME, nous conserverons ces binômes durant les trois jours.

Après quelques explications sur l’encordement glacier (encordement en N, 15 mètres minimum, anneaux de buste non bloqués avec cabestan sur mousqueton unidirectionnel…), nous partons dans la mélasse en se demandant ce que l’on va découvrir. Malgré les crevasses, la marche d’approche n’est pas engagée car très proche du SkyWay, l’immense cabine panoramique qui permet de monter en quelques minutes de Courmayeur à la pointe Hellbronner.

Il nous faut un peu de temps pour rejoindre le départ de la course. Elle semble belle cette course ! La neige recouvre une grande partie de la voie. Il a neigé récemment et la trace n’est pas très visible. Il va falloir brasser un peu et parfois trouver son chemin entre les ressauts neigeux et les ressauts rocheux.

C’est une vraie course mixte et ça fait plaisir ! La longueur de l’encordement est « moyen » (8-10 mètres) : le leader garde quelques anneaux à la main et évolue en s’assurant en passant la corde derrière des becquets ou en plaçant des sangles. En alpinisme, c’est la rapidité qui compte et donc on évolue le plus souvent en corde tendue. Si ça se complique on tire une petite longueur et on fait venir son second en l’assurant au « demi-cab ». Sur cette première partie de l’arête on sent que toutes les cordées se régalent ! Le temps se lève petit à petit mais c’est un peu une « ambiance hivernale »… que du bonheur quoi ! Nous terminons la première partie en mixte en arrivant à la pointe 3331m.

Devant nous se profile une belle arête neigeuse à travers le brouillard. Elle est assez raide (environ 45°). On change encore l’encordement : court (1,5 m) cette fois-ci et avec une « laisse » à la main pour le leader. L’idée de cet encordement c’est d’enrayer le faux-pas ou la glissade du second en le tenant très proche de soi.

Cette arête neigeuse est vraiment superbe ! L’altitude se fait sentir et ça respire fort dans le groupe ! On sent que le confinement a laissé des traces… On arrive au sommet, le temps se dégage assez franchement et on s’en met plein les yeux : on aperçoit la Dent du Géant, la Mer de Glace, l’envers des Aiguilles de Chamonix, la combe Maudite et les contreforts du Tacul…

La descente vers le glacier est une gentille balade, très courte. Finalement elle serait presque passée trop vite cette course !

Et bien justement, comme il reste du temps, on finit notre journée par une révision du mouflage et de ses différentes techniques : installation de corps mort sur piolet, tête de mouflage, mouflage Z, mouflage simple, mouflage double mariner… ça bosse dur ! Pendant ce temps-là les deux plus expérimentés, qu’on ne nommera pas par souci de confidentialité, se font avoir comme des bleus et se font tranquillement rôtir par le soleil voilé sans s’en rendre compte et bien sûr sans crème solaire : leur peau va le payer cher !

SkyWay, minibus, direction la France et retour au gîte CAF du Tour. Une bonne bière… une bonne douche… une bonne bière….on est bien dans ce gîte du CAF !

On fait le programme pour le lendemain : c’est la marche d’approche vers le refuge Albert 1er situé à 2702 mètres d’altitude (ndlr : on est à 1463 mètres). Deux options se présentent : monter tout à pied « à l’ancienne » (soit un D+ de 1240m) ou emprunter les remontées mécaniques et diviser par deux la dénivelée. C’est bizarre, on sent dans l’air comme une sorte d’enthousiasme collectif pour la 2ème option… L’enthousiasme est de courte durée puisqu’on apprend dans la soirée que les remontées sont fermées pour tout le week-end… Donc ça va être la grosse « bambée » pour le lendemain avec crampons, piolets, cordes, duvet à trimballer dans le sac jusqu’au le refuge !

Le lendemain, c’est levé à 7h15… c’est-à-dire grasse mat’ ! La randonnée vers le refuge est chouette : c’est la remontée intégrale de la moraine latérale du glacier du Tour… ou plutôt ce qu’il reste de ce glacier. Tristesse de voir les ravages du réchauffement climatique. Le front du glacier est en recul constant. D’ici quelques années on n’apercevra plus le glacier depuis le village du Tour.

Finalement ces 1200 mètres s’avalent tranquillement et tout le monde arrive frais et pimpant au refuge (là c’est peut-être une demi-vérité ou un demi-mensonge…).

Mine de rien, après s’être accordé un petit repos on décide de se rééquiper et d’aller faire une ballade du côté des crevasses spectaculaires du glacier du Tour. Tant qu’on y est, on va en profiter pour aller faire quelques exercices de cramponnages dans une petite cuvette glaciaire située à proximité.

Différentes techniques sont travaillées : piolet canne, piolet ramasse, piolet ancre, piolet rampe… On finit par un exercice d’enrayage de glissade sur pente de neige… la fameuse technique du « chat qui griffe ».

C’est pas tout ça mais c’est l’heure de l’apéro ! Retour au refuge… une bonne bière… pas de douche… une bonne bière…. Il n’y aurait pas un truc qui aurait changé par rapport à la veille ? Après un bon repas, un petit remontant (merci Seb !) et un point sur le programme du lendemain, on se couche à 8h30 car le levé est prévu à 4h15. Vu qu’on est pile poil au solstice d’été, on s’endort en plein jour.

Mais on se lève quand même en pleine nuit. Petit déj à 4h30 avec objectif de partir à 5h00. Avec le classique effet d’inertie de groupe, ce sera plutôt 5h15 le départ…rrrrrhhh !  Les frontales n’ont d’utilité que 5 minutes et l’aube se pointe rapidement.

Le temps est magnifique mais la couverture nuageuse n’a dû se lever que tard dans la nuit car il fait très doux pour un petit matin en montagne. Nous prenons pied sur le glacier.

La neige porte bien mais le regel a été très léger. Nous empruntons la trace qui va nous mener au pied de l’aiguille du Tour. Difficile de se perdre : des caravanes de cordées prennent le même chemin que le nôtre. Nous adoptons le « rythme du guide », c’est-à-dire une marche lente mais continue avec très peu de pause… en fait aucune pause ! … ça râle un peu mais en alpinisme le timing est une condition essentielle de sécurité : plus on tarde, plus on revient tard et plus les conditions de neige se dégradent…

Au pied de l’ascension vers le col supérieur du Tour nous admirons la belle trace qui a été faite par nos prédécesseurs : « droit dans le pentu » comme on dit dans les Alpes ! ça va être un régal.

Au col nous faisons une petite halte pour admirer la vue : le majestueux plateau-glacier du Trient, la Tête Blanche à notre droite, les Aiguilles Dorées un plus loin, la Pointe d’Orny, la pointe des Ecandies… il nous semble même apercevoir le Cervin au loin.

Nous sommes à quelques pas maintenant du pied de la voie menant au sommet de l’aiguille du Tour.

Il y a déjà beaucoup de monde qui attend son tour (sans jeu de mot) pour faire l’ascension. Et oui, l’aiguille du Tour est probablement une des courses les plus populaires du massif. C’est la rançon du succès !

Le mal des montagnes a malheureusement commencé à avoir raison de Lucas et il renonce courageusement à l’ascension. Il est en effet parfois plus difficile de renoncer que de s’acharner et mettre en danger ses partenaires. Belle preuve d’humilité et de sagesse.

Nous formons deux cordées : une cordée de 3 constituée de Seb, Vincent et moi et une cordée formée par Benoit et Romain.

Nous passons d’abord la rimaye (nom donné à la grande crevasse qui sépare un glacier des pentes de neige qui descendent d’un sommet) sans aucune difficulté puisque nous ne l’apercevons même pas (il y a encore énormément de neige). Ensuite, l’ascension de l’aiguille du Tour s’effectue sans difficulté si ce n’est le monde qui s’y presse. Il faut se croiser avec des cordées qui descendent et trouver des passages pour ne pas créer de bouchon… « ambiance périph » veille de départ en congé ! On est parisien, on est habitué…

Heureusement, l’ascension est rapide et nous arrivons au sommet. Heureux d’être arrivé au bout de notre périple avec cette superbe vue à 360° sur l’ensemble du massif. A cause de la Covid on ne s’embrasse pas au sommet comme la tradition le veut…

On ne s’attarde pas trop car d’autres cordées arrivent au sommet et il faut que chacun puisse en profiter. Il faut aborder la descente avec précaution car les pentes sont quand même un peu « expo » et avec l’affluence et la neige qui se ramollit, il faut être attentif.

Tout cela se fait les doigts dans le nez et nous reprenons pied sur le glacier pour retrouver Lucas qui s’est un peu requinqué. ,Eh bien maintenant il nous reste juste 1900 mètres à descendre pour retrouver la voiture et le chemin du retour !

On va quand même s’arrêter faire une pause au refuge Albert 1er pour manger une Croûte, délicieux plat qu’on avait repéré la veille en arrivant et qu’on s’était dit que ça serait notre récompense du jour. On se régale et là on tutoie le bonheur !

C’est pas tout mais il reste encore 1200 mètres à descendre Tels des chamois agiles, nous courrons dans les névés qui bordent encore la descente depuis le refuge. Deux options s’offrent à nous : à gauche par le chemin de l’aller, à droite par un chemin plus long mais moins casse-gueule dans la descente. Ce sera à droite. Certes vraiment plus long mais ça se fait bien et ça change un peu.

Nous retrouvons pied sur la terre ferme vers 15h00 mais nous avons une dernière course à réaliser (au sens propre) : acheter du fromage à la coopérative fruitière du Val d’Arly. Benoit ne nous laisse pas vraiment le choix : c’est ça ou il ne peut pas rentrer à la maison !

Cette étape passée, c’est maintenant le chemin du retour… Dans le minibus ça roupille !

Une bonne fatigue avec des images plein les yeux et des souvenirs plein la tête… et surtout l’envie de recommencer dès que possible.

Un grand merci à Benoit pour son aide précieuse dans l’encadrement et un grand merci à Seb, Lucas, Romain et Vincent pour leur bonne humeur, leur motivation et leur attention constante tout au long de cette sortie.

Et aussi un grand merci aussi à l’équipe dirigeante de l’ASPALA pour le feu vert donné à cette sortie.

Thierry Serin

Juillet 2020

Ré-adhésions saison 2020-2021 : 3, 2, 1… Partez !

L’ouverture des réinscriptions pour les adhérents de la saison en cours commencera comme prévu le 01/07/2020 à 9h, selon les modalités transmises par courriel à tous les membres du club. Alors pensez à vérifier votre boîte aux lettres et, on ne sait jamais, votre dossier pourriels !

Pour rappel, le planning des adhésions pour la saison 2020-2021 est le suivant :

  • ré-adhésions du 01/07/2020 au 19/07/2020
  • adhésions Famille∗ et ré-adhésions du 17/08/2020 au 30/08/2020
  • adhésions à partir du 31/08/2020

∗ adhésions Famille : adhésion de nouveaux membres appartenant à la famille d’un membre actuel

 

Plus d’informations dans notre article ici

La Commission Communication

Information Inscriptions 2020-2021

Adhérents ou futurs adhérents, vous trouverez dans cet article les informations concernant les inscriptions pour la prochaine saison d’escalade dans notre club ASPALA. Celle-ci seront éventuellement complétées si besoin d’ici la fin du mois de juin. 

Exceptionnellement, cette année, les adhésions seront réalisées selon le programme suivant :

  • ré-adhésions du 01/07/2020 au 19/07/2020
  • adhésions Familleet ré-adhésions du 17/08/2020 au 30/08/2020
  • adhésions à partir du 31/08/2020

∗ adhésions Famille : adhésion de nouveaux membres appartenant à la famille d’un membre actuel

Compte tenu des incertitudes concernant les modalités de reprise de l’activité en salle à la rentrée, et pour le respect des règles sanitaires, nous avons limité à 8 grimpeurs l’ensemble des créneaux de cours. Nous ouvrirons davantage de places dans un second temps (jusqu’à 12 pour les jeunes de 8 à 18 ans et 20 pour les adultes débutants) dès que les mesures seront assouplies.

Par ailleurs, nous serons peut-être amenés à limiter le nombre de grimpeurs autonomes par créneaux durant quelques semaines. Nous espérons toutefois que ces restrictions ne seront plus d’actualité d’ici la rentrée.

Ci-dessous le planning prévisionnel des cours pour la saison 2020-2021. 

Les inscriptions se feront en ligne, via un formulaire accessible depuis notre site internet, avec un règlement de l’adhésion également en ligne.

  Attention ! Les places sont limitées, il n’y aura pas de liste d’attente. Seuls les dossiers complets seront acceptés. 

Pour anticiper au mieux l’ouverture des inscriptions :

  • Les nouveaux adhérents au club doivent disposer d’un certificat médical datant de moins de 1 an où la mention “escalade” est clairement indiquée.
  • Les membres actuels du club doivent remplir le questionnaire de santé du ministère (QS-SPORT Cerfa N°15699*01). Si vous répondez ‘Non’ à toutes les questions, votre certificat initial doit impérativement dater de moins de 3 ans. Dans le cas contraire (une réponse ‘Oui’ ou un certificat de plus de 3 ans), vous devez faire établir un nouveau certificat médical.
  • Pour participer à des sorties d’alpinisme (une nuit minimum à plus de 2500m), le certificat doit être fourni à chaque nouvelle saison également.
  • Vous trouverez le modèle de certificat proposé par la Fédération ici.

 

Recommandations de pratique de la FFME.

Escalade en pleine nature :
La FFME a établi des recommandations sur la reprise d’activité en pleine nature. Ces recommandations ont été transmises au Ministère des sports qui n’a, à ce jour, pas officialisé ces informations ni annoncé de nouvelles directives.

https://www.ffme.fr/wp-content/uploads/2020/05/200507-Recommandations-de-pratique-FFME-outdoor.pdf

Bloc

Pratique individuelle :
Généralités
• Reprise progressive et raisonnable de l’activité physique après la période d’inactivité induite par le confinement.
• Choisir des sites de faible affluence, éviter ceux qui sont sur-fréquentés. Changer de site ou d’horaires si la fréquentation ne permet pas de respecter la distanciation minimum entre les pratiquants.
• Respecter les éventuels arrêtés de limitation d’accès à certains sites (biotope…).
• Respecter les gestes barrières essentiels (distanciation, lavage des mains…). Veiller plus spécifiquement à supprimer quelques « mauvaises » habitudes : ne pas boire à la même bouteille par exemple.
• Éviter les regroupements sur les sites de bloc et (hormis lors des parades) garder une distance minimum d’1 mètre entre les grimpeurs.
• Afin de limiter les interactions entre les personnes, il est recommandé de grimper à 2 personnes.
• Privilégier les blocs de faible hauteur avec des réceptions dégagées ne nécessitant au maximum qu’un seul pareur.

Matériel
• L’utilisation d’un masque lors de la pratique est recommandée.
• Privilégier une utilisation individuelle des crash-pads.
• Recouvrir le crash-pad d’une protection individuelle (type serviette) si les crash-pads sont utilisés par plusieurs grimpeurs.
• Utiliser son sac à magnésie et ses ustensiles de nettoyage (brosses…) de manière strictement individuelle.
• Se nettoyer les mains entre chaque essai dans les blocs à l’eau et au savon bio dégradable quand cela est possible, sinon au gel hydro-alcoolique.
• Privilégier la magnésie liquide contenant de l’alcool moins volatile que la magnésie en poudre.

Déplacements
• Privilégier les sites de proximité accessibles en mobilité douce, individuelle et non motorisée (marche, vélo…).
• Suivre les directives gouvernementales en matière de transports lorsque les accès ne peuvent se faire qu’avec des moyens motorisés.
• Respecter une distanciation d’un mètre minimum sur les chemins d’accès.

Escalade en site naturel ou en structure artificielle en extérieur

Voies d’une longueur de corde
Pratique individuelle :
Généralités
• Reprise progressive et raisonnable de l’activité physique après la période d’inactivité induite par le confinement.
• Choisir des sites de faible affluence, éviter ceux qui sont sur-fréquentés. Changer de site ou d’horaires si la fréquentation ne permet pas de respecter la distanciation minimum entre les pratiquants.
• Respecter les éventuels arrêtés de limitation d’accès à certains sites (biotope…).
• Respecter les gestes barrières essentiels (distanciation, lavage des mains…). Veiller plus spécifiquement à supprimer quelques « mauvaises » habitudes : ne pas boire à la même bouteille par exemple.
• Garder une distance minimum d’1 mètre entre les grimpeurs.

Matériel
• L’utilisation d’un masque lors des phases de regroupement (relais, pied des voies…) est recommandée.
• Utiliser ses équipements de protection individuel (EPI) personnels (corde, baudrier, dégaines…).
• Utiliser son sac à magnésie et ses ustensiles de nettoyage (brosses…) de manière strictement individuelle.
• Se nettoyer les mains entre chaque voie les mains à l’eau et au savon bio dégradable quand cela est possible, sinon au gel hydro-alcoolique.
• Privilégier la magnésie liquide contenant de l’alcool moins volatile que la magnésie en poudre.

Déplacements
• Privilégier les sites de proximité accessibles en mobilité douce, individuelle et non motorisée (marche, vélo…).
• Suivre les directives gouvernementales en matière de transports lorsque les accès ne peuvent se faire qu’avec des moyens motorisés.
• Respecter une distanciation d’un mètre minimum sur les chemins d’accès.

Dimanche 08 mars, venez découvrir l’escalade sur le mur de l’ASPALA Antony

le club Aspala Antony Escalade organise une journée portes ouvertes le dimanche 08 mars 2020 de 14h à 18h au complexe sportif Colonel Arnaud Beltrame – La Fontaine.

 
Les bénévoles et encadrants du club se feront un plaisir de vous initier aux plaisirs de la verticalité sur un mur flambant neuf de près de 15 mètres de haut. Vous pourrez grimper “en moulinette”, en toute sécurité.
 
Vous n’avez pas de matériel ? Pas de panique : une simple tenue de sport confortable suffit, avec une paire de baskets propres, le reste est fourni par le club.
 
L’escalade est un sport complet, qui permet de se muscler harmonieusement tout en s’amusant, de travailler son mental, d’améliorer sa coordination, et de prendre confiance en soi en se dépassant.
 
L’Aspala n’attend plus que vous pour gravir des sommets !
 
Plan d’accès au gymnase :
 

Dominicale – Dimanche 01 mars

Le club Aspala Antony Escalade propose une ouverture Dimanche 01 mars 2020.

Réservé aux adhérents Aspala 

Pour cette édition, 2 créneaux distincts : 

  • de 13H à 14H45
  • et de 16H30 à 18H

 

  • Possibilité de convier jusqu’à 3 membres de sa famille/ami,
  • Inscription sur créneau via doodle obligatoire (places limitées)
  • Achat d’une licence découverte pour les non licenciés (6€/personne),
  • Assurage par le membre qui invite (doit obligatoirement être autonome)
  • Prêt du matériel (baudrier)

Stage enfants en Février

La commission jeunesse propose des stages aux enfants adhérents pendant les vacances de février pour ceux qui ne partiront pas au ski ^^
Ces stages seront encadrés par Emile notre moniteur d’escalade (remplaçant de Jérémie depuis mi-novembre).

Au programme :
1ère Semaine (du 10 au 14 février) à destination des Benjamins et Minimes (cours 12-15 ans – grimpeurs autonomes)

  • lundi 9h30-12h30: La Fontaine
  • mardi 9h30-12h30 : Arkose Massy (RDV sur place)
  • mercredi : repos, pas de grimpe
  • jeudi 9h30-12h30 : La Fontaine
  • vendredi 11h-14h : Vertical’ Art Rungis + déjeuner sur place inclus avec Emile pour fêter la fin de stage (RDV sur place)
    Tarif : 40 € la semaine, entrées incluses, limité à 12 inscrits

2ème semaine (du 17 au 21 février) à destination des Microbes et Poussins (cours 8-11 ans, tous publics)

  • lundi 9h30-12h30 : La Fontaine
  • mardi 11h-13h : Vertical’ Art Rungis (RDV sur place. Prendre une petite collation avant d’arriver au stage)
  • mercredi : repos, pas de grimpe
  • jeudi 9h30-12h30 : La Fontaine
  • vendredi 11h-14h : Vertical’ Art Rungis + déjeuner inclus sur place avec Emile pour fêter la fin de stage (RDV sur place)
    Tarif : 40 € la semaine, entrées incluses, limité à 12 inscrits

Pour s’inscrire, cliquez sur le lien du mail envoyé le 16 janvier.

En cas de nombre insuffisant d’inscrits (moins de 6 inscrits), nous nous réservons le droit d’annuler le stage et de vous rembourser.

Voici les adresses des salles de bloc :
Arkose Massy : 4 rue Galvani, 91300 Massy (uniquement pour les 12-15 ans)
Vertical’ Art : 113 Rue des Solets, 94150 Rungis
Merci de noter dans le formulaire d’inscription si vous proposez de covoiturer ou si vous êtes à la recherche d’un covoitureur pour que nous organisions cela au mieux.

Nous pensons bien fort aussi aux grimpeurs baby (cours 6-7 ans) qui auront déjà bien pratiqué durant la saison et pourront avoir leur propre stage pendant les vacances de Pâques (inscriptions à venir) !

En 2020, on vous souhaite plein de grimpe !

Le bureau et les membres du conseil d’administration de l’ASPALA, vous présentent leurs meilleurs vœux pour 2020 !

Nous vous souhaitons plein de rencontres et d’échanges, des passions, des joies, des surprises, de l’audace, de la folie, des rêves plein la tête… bref, une année avec de belles ascensions aussi bien sportives que personnelles et la réalisation de quelques-uns de vos rêves (pas tous, car il est important de continuer à rêver) !

Cette nouvelle année s’annonce riche avec plein de moments forts et passionnants:

  • La soirée galette des rois organisée par notre commission événementiel le mardi 14 janvier à partir de 21h. (Qui seront les reines et les rois de l’Aspala ?);
  • L’Assemblée Générale du club qui aura lieu le lundi 2 mars à 19H30, à l’espace Henri Lasson place du marché à Antony. C’est une rencontre très importante qui permet de participer à la vie du club, donc nous comptons sur votre présence;
  • L’organisation à La Fontaine du championnat régional de difficulté les 9 et 10 mai. Cet évènement est très attendu par tous les compétiteurs d’Ile-de-France qui ont hâte de venir se challenger sur notre magnifique mur. L’organisation de cet évènement va nécessiter la mobilisation de beaucoup de bénévoles pour le démontage des voies, le lavage des prises, l’accueil et l’encadrement lors de ces deux journées de compétition… alors merci d’avance pour l’aide que vous pourrez nous apporter. Et grâce à l’accueil de cet évènement, nous aurons la chance d’avoir un renouvellement complet de toutes les voies ! De quoi bien s’amuser avant l’été;
  • De super belles sorties avec du ski de rando, du canyoning, de la grande voie, du terrain d’aventure… sans oublier notre traditionnelle sortie Bourgognaise en falaise durant le WE de la Pentecôte (https://www.aspala.fr/events/categorie/sortie-sne-sortie-sae/);
  • D’autres dominicales (1er mars et 26 avril) et portes ouvertes (8 mars et 7 juin).A vos agendas !

Enfin, nous vous sommes reconnaissants de débuter 2020 à nos côtés. Merci pour votre énergie, pour votre bonne humeur et pour les moments que vous allez partager avec nous durant cette nouvelle année !

Meilleurs vœux !

La team Compét’ entre en scène !

Le week-end dernier, du 8 et 9 Décembre 2019, la toute nouvelle «Team Compét’» de l’ASPALA a participé à sa première compétition lors de l’open Régional de la « Dame du Lac » à Courcouronnes.

Les formalités effectuées, nos juges Aspaliens (Magali samedi et Urara et Christian dimanche) assistent au brief du jury qui sonne le début de l’open.

Nos compétiteurs mettent ce temps à profit pour s’échauffer et essayer de lire les voies de qualif’ avant d’assister aux démonstrations faites par les ouvreurs.

Les choses sérieuses vont pouvoir commencer : briefées et motivées par le coach Emile, nos jeunes Céleste et Enora auront 8 voies à faire. Elles se classent respectivement 5ème et 12ème sur 25 dans la catégorie « Benjamin » Elles ont tout donné pour cette première compétition de l’année. Bravo les filles !

Les adultes quant à eux se disputeront sur 4 voies de qualifications pour chacune des catégories, seuls 8 compétiteurs par catégorie seront sélectionnés pour les finales, il est 11h, à vous de jouer les Aspaliens !

Pendant plus de 3h nos compétiteurs vont expérimenter le stress de l’attente, la joie et la fierté de toper les voies, la déception lors de la chute, les points de règlements lorsque les prises tournent, la compét’ quoi !

A 14h30, les premiers résultats tombent, Alex et Mag sont qualifiés pour la finale chez les vétérans, destination l’isolement pour une bonne heure le temps de démonter toutes les voies et remonter celles des finales !

Nos autres compétiteurs n’ont pas démérité. Nicolas finit 20ème, Luc 22ème et Christophe 24ème sur 41 chez les Séniors Hommes et Charlotte 19ème sur 21 chez les Vétérans Femmes.

Les ouvreurs ont œuvré, une voie pour chacune des catégories pour faire la différence, des voies compliquées, une montée de niveau importante entre les qualifs et la finale, c’est aussi ça la compétition.

Magali terminera 6ème sur 21 et Alexandre 4ème sur 27 au terme de cette belle journée de challenge.

Un grand bravo à nos champions qui repartent gonflés à bloc avec des envies de finales et de podium pour le championnat départemental de difficulté jeunes du 07/03/20 à Suresnes et du 22/03/20 pour les juniors/seniors/Vétérans à Versailles.

En attendant rendez-vous la semaine prochaine pour le championnat départemental de bloc des Hauts de Seine à Blocbuster au CNIT où l’ASPALA présentera 12 jeunes et 7 adultes !

Sortie en grandes voies – Cornettes de Bise

Sortie escalade en grandes voies

Cornettes de Bise (Massif du Chablais)

Du 13 au 15 septembre 2019

L’objectif de ce stage, organisé dans le cadre du projet multiactivités FFME décroché par le club, était d’acquérir l’autonomie (pour les débutants) et/ou de se perfectionner sur des grandes voies d’escalade situées en terrain montagne. Tous les aspects de l’activité ont été abordés lors de cette sortie : confection des relais, assurage du second en grande voie, escalade en réversible, choix des courses, lecture des topos, itinéraire, gestion du temps, placement de protections supplémentaires… Le choix des courses était orienté vers des itinéraires où les maîtres mots étaient l’apprentissage, la sécurité et le plaisir.

La sortie était encadrée par Thierry Serin (initiateur alpinisme FFME) et par Benoit Ledoux (bénévole expérimenté du club). Magali, Sandrine, Pierre, Vincent, Fabrice, François, Thomas, Christophe, Michel et Gilles composaient la joyeuse équipe de participants avec des niveaux bigarrés allant du débutant en grande voie aux pratiquant(e)s les plus aguerris du rocher !

Le 1er jour nous prenons au petit matin la direction du col de Bise, une belle balade en montagne, bucolique pour les uns, et peu plus éprouvante pour les autres… L’objectif du jour sera de se familiariser avec le calcaire et les grandes envolées des Cornettes. Après une révision des manips de grande voie, les binômes de forment et partent à l’assaut de ce beau rocher de Haute-Savoie. Les points sont espacés, voire très espacés… c’est l’occasion de prendre conscience que les cotations et les difficultés sont variables et subjectives selon les sites de pratique, c’est aussi l’occasion de faire preuve d’humilité… Et d’apprendre à placer des sangles sur des lunules !! Le soleil est au rendez-vous et la vue sur le Mont-Blanc est magnifique… on pourrait presque le toucher du doigt !

Le retour au refuge est joyeux mais aussi un peu tardif… on ne veut pas rater l’heure de la soupe ! Heureusement la gardienne est compréhensive et nous arrivons à temps pour déguster avec délectation les produits de ce cette « ferme d’alpage-refuge ».

Le 2ème jour, rebelotte, direction le col de Bise et un nouveau secteur de grandes voies. La confiance aidant et le rocher ayant été dompté la veille, les binômes se reforment et attaquent des voies un peu plus dures. Certains découvrent les joies de l’escalade dans les cannelures et les gouttes d’eau si typiques de ce massif du Chablais. Une belle journée encore sous un soleil digne d’un mois de juin. Cette fois-ci la gestion de l’horaire nous permet de redescendre au refuge et profiter de cette belle fin de journée avec un apéro bien mérité.

Le dernier jour, les corps étant fatigués et l’horaire de retour prévu en début d’après-midi nous décidons d’un commun accord de nous rendre sur un site de couennes non loin de là. Une très bonne idée ! Les crux et les croix s’enchainent… trop vite malheureusement, il est temps de partir et revenir en région parisienne !

Un grand merci à Benoit pour l’organisation de cette superbe sortie !

En septembre 2020, bis repetita en Haute-Savoie : ce sera le col de la Colombière !