Sortie fin août dans le Briançonnais : retour vers le pays de cocagne des falaisistes

Pour cette sortie maintenant traditionnelle, nous avions choisi de revenir au même endroit que l’an dernier dans le grand chalet de la Bergerie au-dessus de Puy-Saint-Vincent 1400. Confort, bon air, vue imprenable sur le Pelvoux et la Tête d’Aval et tranquillité assurés. Et nous étions loin d’avoir épuisé toutes les possibilités presque infinies de falaises aux alentours. De fait, nous avons exploré d’autres sites, tous différents de ceux de l’an dernier, avec une météo encore quasi-parfaite et une équipe d’aspaliens toujours aussi enthousiaste et sympa.

L’équipe de choc :
Au dernier moment, Jonathan a dû annuler sa venue pour cause d’arrivée en avance de son bébé ; mais nous avons pu bénéficier de la participation d’une ‘guest star’ pendant deux jours, en la personne d’Alex (après c’était plus calme…). Et la photo ci-dessus a malheureusement été prise après le départ un peu anticipé de Franck. Mais nous étions bien 9, avec Aline, Livia, Mathilde, Marouane, Arnaud, Benjamin, Franck donc et Charles et Jérémie. Et Olivier, en famille pas loin, a même pu nous rejoindre lors d’une après-midi.

Le programme sportif :
Dimanche : démarrage à la Casse de Prelles ; très belles dalles calcaires très bien sculptées, avec de nombreuses voies dans le 5 et le 6 ; idéal pour commencer à se faire les doigts et les pieds ; tout le monde est bien motivé et enchaine 8 à 10 voies au cours de la journée.

Lundi : falaise des Ayes (Villard-Saint-Pancrace), dans un magnifique vallon isolé au-dessus de Briançon ; on y arrive en même temps qu’une équipe de stéphanois qui visent le même secteur de dalles à droite ; mais finalement on se répartit et on partage les sensations, ainsi que les façons de gérer un club d’escalade car le leur ressemble beaucoup au notre (Escapilade, avec une salle récente et une championne qui a commencé chez eux : Anouck Jaubert) ; on se déplace ensuite sur un secteur plus à gauche de murs fracturés ; en particulier, Franck donne beaucoup dans une large fissure-dièdre bien physique et à l’ancienne (on l’entend jusqu’à Briançon je pense) ; et Mathilde, Alex, Benjamin et Jérémie s’attèlent à quelques voies dans le 6/7 bien senti.

Mardi : c’est la journée de ‘mauvaise’ météo ; prudemment, on s’oriente vers une falaise toute proche de l’Argentière, les ‘conduites forcées’. Elle porte bien son nom puisque située juste à côté de ces fameuses conduites qui alimentent la centrale de l’Argentière ; un côté un peu ‘friche industrielle’ et juste au-dessus de la nationale… Mais un rocher différent et des voies intéressantes mais plus ardues. Après midi, les ‘vieux’ optent pour un transfert sur le site situé juste de l’autre côté de la vallée (l’Horloge) mais la pluie qui arrive vers 15h leur laisse à peine le temps de faire une voie avant de devoir rapatrier le chalet. On s’y rabat sur une partie de Yam’s pour certains et un moment de repos pour d’autres.

Mercredi : nous avons rendez-vous le matin avec Thomas (moniteur de Maloya Canyon), pour faire avec lui le joli petit canyon de Tramouillon au-dessus du beau village de Champcella. Nous sommes sept à nous mouiller (Aline et Marouane ont décliné) dans quelques jolis rappels et deux ou trois sauts. En prime, au départ de la gorge, un grand rapace, circaète Jean Le Blanc, nous survole majestueusement. Belle balade aquatique avec Thomas très sympathique et professionnel (nous recommandons).

 

L’après-midi, nous avons rendez-vous avec Olivier et nous optons pour la falaise du Ponteil toute proche. Nous commençons par un secteur plus facile à droite mais dans un rocher fracturé et pas toujours très sain, avec une ou deux frayeurs à la clé ; on change alors pour le secteur de gauche et on crache un peu nos poumons dans le chemin de liaison très raide ; mais on y profite d’un beau rocher plus en vertical/dalle et bien plus sain ! Une longue journée mais dont on a vraiment bien profité, avec de mignons petits personnages dispersés sur le chemin de descente.

 

Jeudi : il nous fallait quand même revenir à Ailefroide, la Mecque de l’escalade dans la région ; deux cordées (Jérémie avec Franck et Arnaud, et Marouane et Livia) se forment pour aller faire des voies de 5-6 longueurs dans le secteur de la Draye (Two hot men et Remonte-pente directe) ; les autres vont grimper en couennes dans le même secteur du bas et dans le secteur ‘Amigos’, sur de belles dalles délicates en excellent granit. Comme toujours à Ailefroide, il fait bien frais le matin et bien chaud dès que le soleil atteint la paroi. Les couenneux observent simultanément la progression des deux cordées, notamment à l’heure de la sieste, et les premiers se retrouvent sur le chemin de la Draye pour une descente à pied plus ou moins douloureuse (Marouane et Mathilde ont laissé leurs baskets au pied de la voie et ils le regrettent amèrement). Benjamin attend que la paroi repasse à l’ombre pour attaquer dans le plus dur.
Encore une superbe journée dans ce site vraiment unique !

   

Vendredi : cap sur la grande falaise de Freissinières ; on s’oriente (c’est beaucoup dire) vers un secteur de droite qui nous demande bien 40 mn d’approche, en légère descente puis en montée raide (on découvrira le vrai chemin d’approche, deux fois plus court, au retour !); mais, à l’arrivée un joli secteur sans personne et au calcaire à gouttes d’eau très (très) abrasif ; heureusement qu’on a déjà fait de la corne mais il faut bien mettre les cinq doigts chacun dans sa goutte d’eau et éviter tout frottement sur la paroi ; Mathilde se fait soigner et Franck en sort un peu en lambeaux alors qu’il doit prendre le train le soir, mais il a tout donné ! Et Jérémie, Benjamin et Marouane s’attaquent en soirée à un 7b qui a l’air bien technique et physique ! Quel bouquet final !

Les moments conviviaux (comme on dit) et les points saillants à noter pour la prochaine fois :

  • Les courses du samedi : noter qu’il vaudra mieux aller au Leclerc qu’à Casino, même si ces derniers offrent des roses, car ils ont vraiment des problèmes de caisses et d’approvisionnement.
  • L’arrivée : il y a toujours une voiture qui s’égare dans la montée au chalet (le col de la Pousterle n’est pas très bien indiqué) et cette fois ci c’était celle de Benjamin…
    · Malgré un lever vers 7h30 et peut-être à cause de la belle terrasse, du petit déjeuner varié et de la préparation plus ou moins sophistiquée des picnics, il est difficile de partir avant 9h ; mais, après tout, on est en vacances.
  • En rapport avec l’item précédent, éviter les jeux addictifs du soir du type Code Names qui risquent de vous emmener à pas d’heure et d’avoir la tête dans le … le lendemain matin, les courbatures en prime.
  • Il parait qu’il ne faut pas trop manger le soir… Avec l’apéro de 19h à 20h et des repas fabriqués avec amour par un duo de cuisiniers différent chaque soir, difficile de respecter cette règle, surtout après une bonne journée d’escalade.
  • Une mention spéciale à Benjamin qui nous avait rapporté d’Italie tous les bons ingrédients pour préparer de vraies pâtes carbonara ; surtout sans crème fraiche mais avec beaucoup de parmesan râpé de frais.
  • En fin de journée, les ‘enragés’ peuvent s’infliger une séance d’étirements et de musculation ; ça n’engage qu’eux ! Les autres ont le droit de soigner leurs courbatures à la bière ou au vin blanc.
  • Ne pas oublier (comme on l’a fait cette fois) la pharmacie, surtout lorsque Franck est là, ou alors compter sur la présence d’autres participant(e)s compétent(e)s dans le domaine de la bobologie (merci Livia !).
  • Noter aussi qu’il faudrait prévenir à l’avance les gens qui le connaissent mal de la venue d’Alex, même pour deux jours, car certains pourraient avoir un choc psychologique face à son humour.

    Merci à tous les participants pour leur motivation, leur participation aux tâches communes et leur bonne humeur constante. Encore une bien belle semaine, comme on aimerait en vivre plus souvent (référence journalistique pour les plus de 40 ans). Et, comme on dit, jamais deux sans trois ! A l’an prochain donc.

Charles et Jérémie,
sept-oct 2021.

Sortie fin août dans le Briançonnais : colchiques dans les prés mais du soleil et des montagnes plein les yeux et de belles falaises sous les chaussons

Avant de retrouver la foule parisienne, onze aspaliens ont fait une grande réserve de soleil et d’escalade dans les vallées de la Durance et de Vallouise. La réputation des Hautes-Alpes comme département le plus haut et le plus ensoleillé de France n’est pas usurpée. On craignait un peu les grosses chaleurs ou les orages mais on a (presque) évité les deux. Dans notre chalet à 1500m, au-dessus de Puy-Saint-Vincent, grande terrasse avec vue imprenable sur la Tête d’Aval et le Pelvoux et nuits rafraîchissantes et magnifiquement étoilées. Y ajouter une multitude de falaises tout autour, pour tous les goûts (calcaire, granit…20m à 500m…marches d’approches minimales…) et pour tous les niveaux (on s’est ‘limité’ entre le 4c et le 6c), ainsi que quelques torrents bien frais et nous avions tous les ingrédients pour passer une excellente semaine !

Le rendez-vous est fixé au samedi 22 août et on se retrouve à quelques-uns un peu avant pour faire de grosses courses à Briançon.

Mais ce jour-là c’est aussi celui des finales du Mondial de l’escalade justement à Briançon. Une bonne partie du groupe (les mordus !) se retrouve donc à cuire (avec son masque !) sur le terrain du parc des sports en attendant que le spectacle commence. Ils y retrouvent la famille Lemaire fière de la qualification en demi-finale d’Adrien mais quand même un peu déçue qu’il n’ait pas pu être qualifié pour la finale. Mais le niveau est relevé car c’est la première manche de la saison à avoir pu se tenir, les précédentes ayant été annulées pour cause de C…

C’est parti pour plus de 2h de très haute difficulté avec la française Fanny Gibert qui termine 3ème et l’impérial Adam Ondra qui surclasse tout le monde. Pendant ce temps, les autres (les relaxs !) ont eu le temps de siroter une petite bière, de se balader juste au-dessus du chalet au col de la Pousterle et au soleil couchant et de préparer quelques ravioles.

Les jours suivants, ça s’organise : lever vers 7h30 ; petit déjeuner varié, le plus souvent sur la terrasse ; préparation des picnics du midi et du matériel individuel et collectif ; départ vers 9h (et quelques), avec typiquement ½ à 1h max. de route (ça tourne !) ; on a souvent changé de site ou de versant l’après-midi, pour être plus à l’ombre ; retours étalés entre 17 et 19h, suivant la motivation des uns et des autres et les compléments de courses à faire ; préparation du diner sous la supervision d’un binôme par soir, suivant le menu prévu à l’avance ; les ‘mordus’ s’infligent une séance d’étirements et de musculation !; les autres soignent leurs courbatures à l’apéro du soir, puis au dîner avec le debriefing des exploits des uns et des autres ; tisanes et préparation du programme du lendemain.

Côté escalades, nous avons pu avoir un avant-goût de plusieurs sites (un différent chaque jour) : vers les Vigneaux, l’Argentière-la-Bessée ou la Roche-de-Rame, au-dessus de la Durance, dans la magnifique vallée d’Ailefroide ou celle du Fournel et même jusque que dans la vallée de la Clarée. Nous avons toujours privilégié les sites permettant à tout le monde de grimper ensemble, entre le 4c et le 6. Plutôt sur des voies d’une seule longueur mais aussi quelques voies de 3-4 longueurs notamment sur la belle paroi du Fournel (on ne parlera pas d’une tentative avortée dans une voie ‘facile’ à Ailefroide).

Côté canyon, nous avions rendez-vous avec Mattéo le mardi après-midi, après une matinée de grimpe sur la jolie petite falaise du Rocher qui répond, pour faire le canyon des Acles juste avant le village de Planpinet. Grosse marrade lors de la distribution des combinaisons et de l’enfilage des chaussons néoprène ; puis un bon quart d’heure de marche d’approche heureusement sous les pins ; on enfile alors les combinaisons (attention à bien enfiler le pied droit en premier dans la veste !) pour un premier rappel de descente dans le torrent, après avoir révisé le freinage en huit+vertaco (spécial canyon sur corde simple !). L’eau est bien fraîche (les chaussons et la cagoule sont bien utiles), avec un débit suffisant pour s’amuser. La descente s’avère très sympa avec plusieurs rappels sous cascades de quelques mètres à plus de 15m et plusieurs toboggans qu’on descend soit ‘en libre’ soit ‘sur corde’, ce qui permet de se familiariser avec un genre de rappel dos à la paroi et au torrent ; mais les vasques sont trop peu profondes ou encombrées pour pouvoir faire des sauts. Une bonne heure de rigolade à la vue du style et des grimaces sous l’eau froide des uns et des autres et c’est déjà la sortie. Toute cette eau nous ayant donné soif, on termine cette belle journée dans la vallée de la Clarée par un coup à boire à l’auberge de Planpinet.

C’est déjà le dernier jour et les prévisions météo tournent à l’orage. On décide alors d’aller faire la via ferrata du Tournoux, située juste au-dessus du gîte au col de la Pousterle, en utilisant les longes dynamiques récemment acquises pour le club. Le panneau indique 1h30-2h de montée et une heure de descente mais les plus rapides mettront nettement moins d’une heure pour la montée. Sans difficultés particulières, hormis le manque d’adhérence des baskets sur le calcaire patiné, on profite bien du paysage sur toute la vallée de Vallouise et de la descente également équipée. Quelques gouttes de pluie à la sortie nous rappellent que les orages approchent mais cela cesse très vite et nous pouvons pique-niquer tranquillement au col. Les petites falaises repérées le matin sont trop tentantes pour les plus motivés qui démarrent alors dans quelques voies. 14h15 : plusieurs coups de tonnerre pas loin sont suivis d’une belle drache et c’est le repli général, avec l’aide bienvenue de Jérémie en haut des voies ; retour donc au chalet pour faire sécher tout le monde et les cordes. Mais les ‘mordus’ sont restés sur leur faim : ils se renseignent et partent pour une salle d’escalade à Gap qui ouvre dans l’après-midi. Les autres récupèrent de cette semaine bien remplie et commencent les rangements.

Une dernière péripétie attend encore Ophélie qui devra passer la nuit à Briançon dans son train couchette avant de pouvoir rejoindre Lyon en bus et Paris en TGV…Les autres repartent le samedi matin en voiture, soit par le Nord (col du Lautaret) soit par le sud (Gap et col de Cabre), pour une rentrée morose encore marquée par ce c…..virus.
Merci à tous les participants pour leur motivation, leur participation aux tâches communes et leur bonne humeur constante. Encore une bien belle semaine ‘rock and sun’ dans une région qui détient aussi sans doute la plus grande concentration de sites d’escalade au km2. Il faudra y revenir explorer encore tout ce potentiel !

Charles et Jérémie, septembre 2020