Eric, de retour au sommet de sa forme avec l’escalade

Programme Grimp Care à l'Aspala : Eric Rousseau« Je suis venu en touriste ». Eric Rousseau l’avoue sans honte, quand il s’est présenté la première fois devant le mur d’escalade du gymnase La Fontaine, ce n’était pas spécialement par engouement pour la discipline, c’était d’abord parce que son médecin lui avait conseillé.

Le Docteur Stanislas Ropert, l’oncologue qui le suit depuis la découverte de son cancer, pratique lui-même la grimpe. Et les statistiques sont formelles : le taux de rechute est moins important lorsqu’on maintient une activité physique régulière.

Programme GrimpeCare

Eric fera donc partie des tout premiers inscrits au programme GrimpeCare, des séances d’escalade mise en place l’année dernière par notre club pour les personnes en rémission de cancer.
Avec forcément un peu plus d’appréhensions que les autres débutants : « les traitements chimiques que nous subissons altèrent les sensations aux extrémités des membres. Je ne savais pas trop comment allait réagir mes doigts au contact des prises, et mes orteils, quand ils seraient serrés dans les chaussons d’escalade » se souvient Eric. Plus globalement, il y a aussi la perte de confiance en soi, en ses capacités physiques.

Aujourd’hui, avec le recul , ce quinquagénaire au sourire communicatif trouve finalement que l’escalade est un sport idéal, « à la fois physique et mental, donc très complet » pour se remettre d’une telle épreuve. « C’est une excellente manière d’apprivoiser ces nouvelles sensations, comme les aveugles qui ont une ouïe plus développée ».

Programme Grimp Care à l'Aspala : Eric Rousseau

Chaque lundi après-midi, pendant des séances d’une heure trente, Eric et ses acolytes du programme GrimpeCare ont pu découvrir les principes de base de l’escalade, les manip’ de sécurité, puis les techniques de progression, avec comme mot d’ordre le plaisir de prendre de la hauteur. Lui qui n’avait jamais grimpé s’est vite senti à l’aise : « c’est un sport basé sur la confiance : en l’autre, en soi, dans le matériel. Un terreau parfait pour retrouver ses repères ! Dès les premières séances, on est rassurés, et on en a beaucoup besoin. Ça reste ludique, ce n’est pas élitiste, chaque micro-progrès, chaque exploit, aussi minime soit-il, est très valorisant ».

Pendant cette année marquée par les confinements à répétition, les séances GrimpeCare ont pu être maintenues grâce aux dérogations dont bénéficiaient les participants en rémission : « c’était un luxe de pouvoir pratiquer chaque semaine entre nous » reconnaît Eric

L’escalade, une école de la vie

Plus que quiconque, les personnes en rémission de cancer voient dans l’escalade beaucoup de parallèles avec les épreuves de la vie, et les façons de surmonter ses vicissitudes : « c’est un sport où tu tombes. Tu apprends que tomber n’est pas forcément dangereux, alors qu’on nous a répété l’inverse toute notre vie. Quand on apprend à chuter, c’est génial ! Après, le moment où tu tombes prend moins d’importance ».

Sans compter la dimension sociale et la solidarité que cette discipline développe entre les grimpeurs : « tu grimpes seul, mais tu n’es pas seul » rajoute Eric. « Il y a l’esprit de cordée. Nous partageons quelque chose en commun, un fil rouge nous relie. Petit à petit, on commence à se raconter nos histoires, on a tous envie de s’aider ».

A l’issue de cette première année de pratique, le bilan fait par Eric est donc largement positif : « au début, je me suis mis à l’escalade pour faire du bien à mon corps. Ensuite, c’est devenu un plaisir. Maintenant, je n’y vais plus du tout pour GrimpeCare. Une fois que tu as fait 7 ou 8 séances, tu sens ta progression, tu vois que tu franchies des paliers, et tu as juste envie de continuer ».

Et c’est bien là le message que souhaite faire passer ce nouvel adepte. « Ça vaut vraiment le coup d’essayer » conseille-t-il aux personnes qui, comme lui, se remettent d’un cancer et hésitent à franchir le cap : « quand tu traverses une chimio, c’est un sacré surpassement ! L’escalade, c’est une façon positive de se surpasser ».

Retrouver un article sur le programme GrimpeCare de l’Aspala sur le site de la FFME

Programme Grimp Care à l'Aspala : Eric Rousseau

Vous pourriez aussi aimer